Camino 3

Camino_03Il est tard. Le lit est recouvert de petits sacs, que je tente de faire entrer dans un grand sac. Ce grand sac bleu, une fois rempli, deviendra mon fidèle copain de voyage et mon bourreau. Il me fera souffrir à chacun des inombrables pas que je prendrai, et m’offrira le peu de chaleur et de confort auxquels j’aurai droit sur ma route. Vide, il pèse 0.7 kg.

Tout ce que j’ai au monde pour m’aider sur mon parcours des 6 prochaines semaines se trouve sur ce lit devant moi. Et le lit n’est pas tout à fait recouvert. Je pourrais tout de même trouver une place pour faire une sieste. C’est peu de choses. 3 chemises, 2 pantalons, 3 paires de bas, une trousse de premier soins, un rouleau de duct tape. Peu de choses. On passe nos vies à accumuler, à acheter, à compliquer, mais la vie tiens à peu de choses.

Une fois remplie, le gros sac bleu pèse 12 kilos. C’est trop. Je recommence. Je retire tout ce qui n’est pas essentiel. 10 kilos. C’est encore beaucoup. Lourd. Faudra prévoir l’eau aussi. Ouff.

J’entends la plus jeune des enfants, en bas, qui tourne dans son lit et qui m’écoute faire mes valises. Elle et son frère entreront à l’école le jour du début de ma marche. Je me demande qui en apprendra le plus d’ici les prochains jours.

2 Comments

Laissez un commentaire.

  1. Salut Éric, quelle belle surprise d’apprendre que tu vivras toute une aventure par le biais d’un pèlerinage de 6 semaines… c’est quand même courageux de ta part. Ça doit te sortir de ta zone de confort! Ça fait du bien de se donner des défis dans la vie. Je te souhaite bon courage et une belle expérience, tant humaine que physique et spirituelle. J’espère que tes compagnes/compagnons de voyage seront sympas et que vous aurez des échanges constructifs sur tous les plans. Merci de nous tenir au courant de tes péripéties! Carole XOX

    • Allo Carole!
      Désolé de cette réponse tardive!! Je viens de lire ta note, à mon retour au Canada! Merci de tes commentaires encourageants. Ce ut un voyage extraordinaire et transformant pour moi. C’était nettement le défi physique le plus important de ma vie. Je suis étonné de l’avoir surmonté. J’ai beaucoup appris sur mon corps sur le sentier… sur mes limites et sur ma capacité de dépasser mes limites. C’était étonnant et énergisant! Et oui, tout un départ de ma zone de confort des dernières années. Mais ça m’a permis de renouer contact avec le « moi » qui a grandi à la campagne, et qui connaissait le rythme des vagues de la Baie Georgienne, et nombreux sentiers cachés dans la forêt de la Huronie. Ça m’a fait beaucoup de bien… et ce malgré la douleur. J’ai retrouvé un brin de quiétude que j’avais perdu au fil des ans. À présent, faudra trouver des façons de préserver cet état d’âme… à suivre. J’espère que tout va bien de ton bord et que nos chemins se croiseront à nouveau très bientôt. Merci encore de ta note. A +. Eric

Laisser un commentaire

obligatoire