Étape 5 – de Trinidad de Arre à Cizur Menor

Pamplona

Une courte journée de marche aujourd’hui.

Les trottoirs sont vides. Les rues aussi. Je croise trois femmes pomponnées à Trinidad et deux péllerines françaises, sinon, je suis seul au monde. Je trLe pont Sainte Marie et la Porte française me permettent de pénétrer la vieille ville.

J’entre dans Pamplone. Il y a des verres de plastiques et des déchets partout dans les rues de la vieille ville. Ça sent la bière. Je semble avoir râté une belle soirée de fête. Plus tard, on m’explique qu’il y avait un festival en ville et un match de football contre la ville avoisinante. La fête a duré jusqu’à 4h30.

À 8h30, sur Calle Mayor, je témoigne – avec quelques autres péllerins – d’une bagarre entre un saoul et le propriétaire d’une boutique. L’un tape sur l’autre et ses amis le laissent faire. Nous passons rapidement. Craintifs. Ébranlés. Quelqu’un appèle la police. Je sors de Pamplone sans délai.

Je rencontre une amie Japonaise et Hannah et sa mère à la sortie de la ville. Ça me soulage. J’aurais pu pousser encore un peu, mais dans 5 km une autre grande montée débute, et j’aimerais être frais et dispo quand je l’aborderai. Je m’arrête dans un parc à Cizur Menor et attend l’ouverture de l’Albergue.

Pamplone n’est pas pour moi.

Laisser un commentaire

obligatoire